Presse par programmes

De la presse locale à la presse internationale, en passant par la presse nationale, vous trouverez ci-dessous plusieurs sélections d'extraits de presse classées par programmes de concert.

Concerts Jean Gilles

Scherzo. De altisimo interés puede considerarse el rescate de una grande Misa en re de Jean Gilles, compuesta en una fecha desconocida y reconstruida por Jean-Marc Andrieu. Pablo J. Vayon, octobre 2012

Concertclassic. Les Passions et Jean-Marc Andrieu au 29e Festival de Musique ancienne d'Utrecht  Domkerk plein à craquer, public d'une concentration étonnante ; lorsque les dernières notes ont fini de résonner, le verdict ne se fait attendre : la réserve, l'apparente froideur des auditeurs disparaissent pour une standing ovation aussi immédiate que chaleureuse. Alain Cochard, septembre 2010

La Croix. Les ”Passions” pour métier Invité par le prestigieux festival de musique ancienne d’Utrecht, le chef y a fait entendre deux des Lamentations ainsi que le Requiem de Jean Gilles devant un public totalement concentré avant de déchaîner ses applaudissements enthousiastes. Emmanuelle Giuliani, septembre 2010

Resmusica. Le Grand Siècle français chez les Bataves. De l'équilibre des plans sonores à la justesse de l'orchestre…musiciens et chef dévoilent au public néerlandais un chef d'œuvre du Grand Siècle dans de très bonnes conditions, tant instrumentales que chorales. Maxime Kaprielian, septembre 2010

► Téléchargez notre sélection presse…

                                                        

Discographie Jean Gilles

Classica, 4****.COFFRET : une anthologie Jean GillesEn 3 CD réunis en coffret, Les Passions et Les Eléments, dirigés par Jean-Marc Andrieu, ont su renouveler notre connaissance de Jean Gilles…Pierre Doridot, septembre 2013

Resmusica, Clef du mois de ResmusicaLe chemin spirituel de Jean Gilles Les moments de grâce sont nombreux avec des parties solistes harmonieuses, de beaux échanges avec le chœur à son meilleur et un orchestre mené de main de maître. Alain Huc de Vaubert, février 2013

Diapason, 5 Diapasons, Jean Gilles Chœur à cinq parties, mais orchestre à trois qui trouve pourtant de somptueuses couleurs et des sections rythmiques jubilatoires au cordes des Passions… Sophie Roughol, janvier 2013.

Muse baroque, 5 de Muse Baroque,  Aix vaut bien une messe !  La fluidité de l'ensemble, l'évidence naturelle des articulations, la fraîcheur chantante et – oserait-on dire – méridionale de la lecture, les changements multiples de climats, contribuent à la réussite exemplaire de cette restitution à la fois majestueuse et éloquente. Viet-Linh Nguyen, octobre 2012                              

Diario de Sevilla (Espagne), Pasión francesa Obras colosales y solemnes, muy enraizadas en la tradición del barroco sacro francés, que son interpretadas con pasión, energía y equilibrio por un cuarteto de solistas de nivel, el magnífico Coro Les Éléments y el conjunto orquestal Les Passions. Un descubrimiento. Pablo Vayon, septembre 2012                       

Lark reviews (Grande-Bretagne), Jean Gilles : Messe en re, Te Deum I have been an enthusiast for Jean Gilles since I was first introduced to his scores and this new disc is no less rewarding than the other two. The joy of the writing leaps from the page and is caught in the enthusiasm of both singing and playing.  Brian Hick, septembre 2012

L’HumanitéDu baroque avant toute chose à La Chaise-Dieu Pour se retremper dans l’atmosphère si particulière de ce festival, on pourra écouter le Requiem de Gilles, qui y fut donné l’an passé par l’Orchestre les Passions, sous la houlette de Jean-Marc Andrieu : c’est splendide. Philippe Gut, juillet 2009       

Le Monde de la Musique, Les Passions La Halle aux Grains accueille en 2000 une Passion selon Saint-Matthieu de Bach restée dans les mémoires (…). Au disque, sa plus belle réussite reste l'enregistrement du Requiem de Jean Gilles, chef-d’œuvre du maître de chapelle toulousain du XVIIe siècle pour lequel Les Passions se sont associées au chœur de Chambre les Eléments. Pablo Galonce, mars 2009

Diapason, 5 Diapasons, Jean Gilles. Messe des morts. Cantate Jordanis Incolae Il n’impose aucun dolorisme à cet office des morts, et pas plus la tendresse harmonieuse (ramiste ?) d’Herreweghe : le geste est direct, sobre. Henri de Villiers, janvier 2009                                                        

Le Monde de la Musique, 4**** du Monde de la Musique. Requiem de Jean Gilles Cette version se distingue par son juste équilibre entre la ferveur qu’appellent les circonstances et l’esthétique que suggère l’époque baroque. Ce requiem avance d’un pas léger mais long, ce qui ne lui interdit ni l’éloquence (« Sanctus ») ni la gravité (graduel) naturellement soulignée par un diapason bas (392 Hz). Philippe Venturini, décembre 2008           

►Téléchargez notre sélection presse

      

Concerts Charpentier De Paris à Versailles et Beata est Maria

ConcertclassicLes Passions au Grand siècle. Vaste programme marial, prolongé et couronné par l'inépuisable Magnificat H.73, dont l'irrésistible rythme ternaire et la basse obstinée font inlassablement merveille. Programme d'apparat et interprétation de même, tant l'engagement des solistes se révéla optimal, tous vocalement dans une forme exceptionnelle et d'une complémentarité nourrie d'une riche pratique commune.  Michel Roubinet, novembre 2013                            

QobuzLes Passions à Toulouse les Orgues. Dans un entretien accordé à Qobuz en septembre 2009, Andrieu déclarait vouloir « transporter » son public. Ce n’était pas un mot en l’air. Après l’interprétation du Magnificat, l’auditoire se tait : il se perd, quelques secondes encore, dans un autre monde. La salve d’applaudissements n’en sera que plus intense. Pierre-Carl Langlais, novembre 2013

ScherzoPasiones barrocas. El trío solista, formado por el haute-contre Vincent Lièvre-Picard, el veterano tenor norteamericano Howard Crook y el bajo Jean-Manuel Candenot, resultó espléndido por claridad, conjunción y lirismo. Pablo J. Vayon,  janvier 2012                  

MédiapartCadeau des PassionsUn concert superbe qui souligne sans éclat superflu la beauté intimiste de ces partitions sublimes. Jérémie Szpirglas, novembre 2011

La Lettre du MusicienPassions baroques à Strasbourg …sachant à la fois faire briller les ors de la prière de cour et en exprimer la miséricorde, tantôt appuyant avec un certain dolorisme les magnifiques chromatismes descendants qui accompagnent la « vallée de larmes », tantôt faisant rutiler la puissance divine qui « disperse les superbes ». Clément Rochefort,  février 2011                                  

ConcertclassicDe Paris à Versailles, via Strasbourg / Les Passions, ambassadeur du baroque français. L'on retrouvait les qualités premières de jeu et de direction de J-M. Andrieu, flûtiste et chef, créateur des Passions : une puissante continuité mélodique sous-tendue d'une vivacité dansante, élégamment colorée et d'une irréprochable stabilité rythmique, harmonie et vie mêlées. Michel Roubinet, janvier 2011

► Téléchargez notre sélection presse…

                                                                

Concert Rameau/Mondonville au Théâtre du Capitole de Toulouse

QobuzLes Passions au Capitole. Dans un entretien publié sur Qobuz, Andrieu déclarait vouloir « faire voyager l’auditeur dans le temps ». Ne se contentant pas d’une restitution purement scolastique des partitions baroques, il souhaite « déclencher les émotions du public ». Les récentes créations de l’ensemble illustrent pleinement ces hautes exigences. Pierre-Carl Langlais, février 2013

ResmusicaLes Passions, de la scène à la chapelle. Outre le beau travail du chœur qui ose se frotter à ce répertoire à l’idiome particulier, l’adéquation de l’ensemble doit beaucoup à la direction attentive, précise et toute de souplesse de Jean-Marc Andrieu. Une soirée mémorable qui démontre que la musique est avant tout rencontre et partage. Alain Huc de Vaubert,  février 2013

ClassicToulouseThéâtre sacré. J-M. Andrieu associe, avec un savoir-faire subtil, vingt-deux voix du Chœur du Capitole et dix-huit musiciens des Passions dans le même élan de ferveur codée que réclame ce répertoire spécifique….  Dans son De Profundis, Mondonville traduit habilement en musique cette progression de l’ombre vers la lumière, de la supplique éplorée vers l’espérance et la sérénité. L’ardente prière tout en crescendo du récit « Et ipse redimet Israël » et le chœur final « Requiem aeternam » développent un contrepoint que ne renierait pas un certain J. S. Bach. Serge Chauzy,  février 2013

Forum OpéraUn rameau plein de sève. La volonté d’acquérir et de maitriser les codes de cette écriture confère à leur exécution une présence vibrante qui s’accorde aux pulsations organiques de la musique de Rameau dans ces deux pièces composées autour de 1715.  La parfaite tenue stylistique des solistes (Stéphanie Révidat, Vincent Lièvre-Picard et Alain Buet), à la virtuosité aussi élégante qu’expressive, en est rehaussée, aussi bien dans le Quam dilecta sur le psaume 83 que dans le plus connu In convertendo sur le psaume 125 … Le public leur fait un triomphe. De quoi réactiver le rêve du chef d’orchestre, celui de porter à la scène Daphnis et Alcimadure, opéra de Mondonville sur un livret en occitan. Maurice Salles, février 2013

Culture 31Les grands Motets des Passions au Capitole : le Printemps n’est pas loin ! Jean-Marc Andrieu qui ne cesse de nous ravir dans sa démarche éclairée et éclectique de découverte des monts et merveilles du Baroque. Erik Fabre-Maigné, février 2013

Ut Mi SolGrands motets versaillais. Jean-Marc Andrieu dirige avec la finesse qu’on lui connaît, s’efface derrière des œuvres qu’il entend magnifier, valorisant au mieux tous les musiciens, instrumentistes, choristes et solistes. ….. Soulignons la qualité des flûtes et hautbois, toujours remarquables aux Passions, et les moments de pure beauté vocale que l’on doit plus particulièrement à Stéphanie Révidat qui rayonne superbement en chantant, Vincent Lièvre-Picard et Alain Buet, compagnons de route réguliers de J-M. Andrieu. Danielle Anex-Cabanis, février 2013

► Téléchargez à notre sélection presse…